P1020851

Valérie de Sarrieu, petits paysages monumentaux

 Aujourd'hui les moyens techniques d'expression plastique sont légions : les artistes utilisent la photo, la vidéo, ils installent, jouent avec les éclairages et le son, font intervenir des comédiens, etc, autant de propositions légitimes quand il s'agit de témoigner de son époque. Les gestes premiers, préhistoriques, ne sont toutefois pas oubliés et la peinture, le dessin, dont on a plusieurs fois publié les avis de décès, restent les piliers du métier. Et entre maintenant et hier, il y a l'Histoire de l'Art que nul n'est censé ignorer.

 Valérie de Sarrieu fait de la peinture, d'une manière traditionnelle que l'on pourrait qualifier de démodée, de dépassée voire de ringarde : elle utilise des pinceaux et des tubes de peintures, de la peinture à l'huile ! ( les modernes gouaches acryliques n'ont pas leurs places dans sa mallette de peintre) Elle place son support sur un chevalet de campagne léger et pliant et s'installe en plein air, elle peint ̎ sur le motif ̎ selon l'expression, elle contemple le paysage et le restitue sur son carton avec une certaine fidélité et une belle affection ! C'est une attitude insolite, aujourd'hui, réservée semble t'il aux peintres amateurs dits du dimanche, que de travailler comme Monet et ses comparses impressionnistes, comme Cézanne dans sa montagne Sainte-Victoire ou comme Matisse et Derain sur le port de Collioure, à l'encontre des codes contemporains.

 Sa façon n'est pas réaliste , il n'y a pas de désir de rivaliser avec la photographie, elle montre le paysage bien sûr, ne nous apprend rien de nouveau sur la beauté de la planète mais beaucoup sur la Peinture (j'ai mis une majuscule) Le sujet véritable de ses tableaux est bien la peinture, pas de lissage, le poil du pinceau se montre, il y a sa trace qui dénonce les gestes du peintre, elle connaît bien la technique de la peinture à l'huile, (elle a pratiqué la restauration d’œuvres) qu'elle utilise de manière simple, sans effets, sans frime ! Je me dis aussi que c'est une peinture savante, cultivée, qui n'ignore rien de l'histoire du paysage. Ses petits formats sont monumentaux. Valérie de Sarrieu s'y occupe de la couleur, les harmonies sont précieuses mais c'est le modèle qui les a inventées bien avant nous et qui les impose, elle s'occupe surtout de la lumière, trouve les réglages les plus fins pour distinguer les différents plans, pose un retour de lumière bleue dans un lointain, installe ici un puissant contraste, plus loin un ensemble de valeurs égales. Le ciel n'est pas derrière les arbres dans les paysages de Valérie De Sarrieu, mais entre les branches, les reflets ne sont pas au fond de l'étang mais miroitent en surface. C'est beau, juste (comme on dit d'un acteur qu'il est juste, ce qui ne veut pas dire qu'il soit vrai ) c'est ouvert, simple et libre quand elle frôle l'abstraction.

 ( Les trois grandes toiles présentées ont peut être moins de magie, moins de spontanéité. Un ami, qui connaît bien la peinture pour la pratiquer lui même de belle façon, me suggère qu'elles ont pu être réalisées en atelier et donc avoir été plus réfléchies, plus pensées. Nous convenons que c'est là leur moindre défaut ! )

 A voir, cette expression subversive à force de tradition, ces petits formats hors du temps et donc délicatement contemporains au Château de Saurs ( chemin Toulze à l'Isle sur Tarn ) associés aux sculptures-céramiques de Claude Devillard du 1er juillet au 23 septembre. De 10h à 12h30 et de 15h à 18h. Fermé le dimanche.

 

 

 

 

 

Enregistrer