blog


Pascale Drivière, cérémonies

Pascale Drivière collectionne les poupées folkloriques de nos provinces françaises, et aussitôt revenue de la brocante ou du vide-grenier s'empresse de les déshabiller, remise leurs costumes locaux dans une boîte à chaussure pour ne considérer que leurs corps criblés de trous d'épingles, perforés comme marottes de sorcières, affublés de faux seins, de faux culs et autres rembourrages.

Puis elle les aligne et les contemple : une fois scalpées, la différence entre garçons et filles ne tiens qu'à quelques cils peints et à des bouches rouges. Les chaussettes blanches et les petits vernis noirs à bride sont communs à tous, leurs doigts sont serrés et leurs pouces levés, leurs yeux sont bleus ou marron. Dans leur garde-à-vous elles nous tendent les bras

Pascale sélectionne une série de dormeuses ( leurs yeux se ferment quand on les couche ) les ampute de leurs deux bras et ainsi préparées, les enveloppe, les emballe, les emmaillote, les panse ? les soigne ? dans de précieuses dentelles blanches ou écrues, bien serrées, qui les immobilise cependant, de la tête aux pieds, ne laissant apparaître que leurs visages, leurs joues brillantes et leurs yeux mobiles.

Tiens, l'une est endeuillée de dentelles noires !

Elles sont belles, parées comme des reines égyptiennes, installées dans leurs boîtes argentées, sur un fond de nacre.

Pour pour quelles cérémonies ? Pour quelles célébrations ? Pour quels voyages ?

Certaines, pourvues de nœuds papillon, choisissent la fuite et l'envol.

D'autres, haussées sur leurs robes amidonnées s'invitent à un bal immobile de débutantes.

À voir au BAZART à Saint Antonin-Noble-Val jusqu'au 14 avril

mercredi de 15h à 18h30

jeudi vendredi de 11h à 15h

samedi de 10h à 12h30 et de 15h à 18h30

dimanche de 10h à 14h