17 août 2018

Giorgio Morandi

 

 

morandi_1951

Morandi n'est pas un pont.

Giorgio Morandi était peintre

A t'on donné sans lui en parler son nom a un bruyant viaduc autoroutier qui vient de s'écrouler à Gènes ?

( non, en vérité c'est celui de son constructeur, Riccardo Morandi )

Morandi peignait, de petites toiles modestes et silencieuses, sans artifices, libres, sans aucune mise en scène, sans effets, nues.

Mais puissantes, hautes et pures comme des temples grecs. Georgio Morandi jouait avec le vide et le silence.

On peut voir des Morandi au musée de Bologne (et partout dans le monde) ou l'accrochage semble construit comme une phrase, avec des mots/tableaux et une ponctuation, avec à la fin un point de suspension. Ses peintures, toutefois symphoniques, infinies, profondes comme des puits, s'y taisent pour tout exprimer.

Le peintre ne se lève pas encore, il reste immobile, aussi immobile que ce qui l’entoure, il appartient au même monde silencieux, celui des arbres, des pierres, il vit au même rythme ; il laisse les premières lueurs l’envelopper, les envelopper, il ferme de temps à autre les yeux pour mieux voir l’équilibre géométrique entre volumes et ombres. Et pour cela commencer par tout réduire à une boîte carrée, un cube sans élément décoratif.
Il attend avec patience, discrètement, que les bruits de la maisonnée et les odeurs familières, café, pain grillé, eau savonneuse, bois de chauffage, des préparatifs journaliers de ses sœurs toutes dévouées se fassent plus précis, plus insistants, pour se lever, mais sa journée à venir est déjà tout entière dans sa tête…
Les objets de l’atelier s’éveillent-ils eux aussi ? non, pas encore, semble-t-il ; seuls les objets du quotidien, cafetière, couteaux, cuillères, fourchettes, sucrier, tasses, ceux que représentent, souvent entourés, agrémentés de fruits, de pain, de serviettes, les natures mortes conventionnelles ; sont en mouvement, d’une main l’autre.

Bruno Smolarz Giorgio Morandi, Les jours et les heures.
Éditions Arléa, coll. La rencontre, 28 avril 2016.

Prière de cliqueter sur le net pour faire plus ample connaissance avec Giorgio Morandi, peintre,1890-1964

Posté par artpieton à 20:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

12 sept. 2014

Sivens S'engager

Sivens

S'engager

 On déboise la forêt pour construire un barrage et on assassine tous les habitants de l'herbe, de l'eau et des arbres à Sivens dans le Tarn pour satisfaire les besoins en eau d'une poignée de maïsiculteurs et les ambitions du Président du Conseil Général du département.

La ZAD de Sivens (Zone d'Aménagement Différé) a été rebaptisée ici (comme à Notre-Dame-des-Landes) ZAD (Zone À Défendre) par les militants qui tentent par divers moyens d'empêcher le massacre.

Ce sont des jeunes filles, des jeunes gars, de l'âge de mes gamins, ils ont tous les courages, ils vont au contact des gardes mobiles pour protéger leurs copains, ils sont gazés, ils prennent des coups violents, ils ne reculent pas, ils opposent leurs corps à l'avancée des machines de déboisement, ils s'enterrent sur leur passage, ils s'installent des jours et des nuits entières dans les arbres au risque de s'abattre avec eux.

D'autres, qui ont mon âge, ont cessé de s'alimenter depuis plus de 15 jours maintenant.

C'est un vrai combat, une belle et bonne cause à mes yeux.

Ils m'appellent, ils nous appellent, ils me demandent de faire du nombre, de résister, d'empêcher.

Ils ne me culpabilisent pas en même temps, ils disent que chacun peut faire ce qu'il peut, selon ses moyens.

J'avais l'alibi des kilomètres pour Notre-Dame-des-Landes et d'autres combats. Mon petit coin de Tarn était jusque là calme et protégé, ou bien mes oreilles en panne, les revendications de Sivens datent de plusieurs années.

Sivens, c'est à deux pas. Les franchir pour un pique-nique citoyen un dimanche de soleil, gardes mobiles et machines-dinosaures absents, retrouver des amis, une famille de convictions, se compter, signer les pétitions et rentrer chez soi, c'est facile. Le lundi matin les engins reviennent et leurs escortes de GIGN et de polices spéciales et avec eux la violence. Je n'y suis pas. Les excuses que je me fournis avancent une arthrose au genou, un ou plusieurs "trucs" à faire, un rendez-vous important, etc.

Bon, quand même, j'écris sur ce blog, je diffuse les infos. Pas si mal. Je sauve un ou deux brin d'herbe…

Le massacre de la forêt de Sivens et la répression si violente et si incroyable qui s'y installe est donc pour moi l'occasion de me poser pas mal de questions :

Je me demande un peu ce qu'il reste de mes vingt ans fêtés en 1968, de mes rêves libertaires ? Quels furent mon engagement et ma résistance cette année là ? Et depuis ? Je me dis fier de n'avoir pas mis les doigts dans les engrenages du système en choisissant de "faire l'artiste". Ce fut peut être une manière de résistance. Ce fut peut-être une fuite, etc…

C'est surtout l'occasion de me demander ce dont je vais être capable/incapable de faire pour résister (prochainement?) à un futur pouvoir démocratiquement élu par une majorité de mes voisins !

 

Pour en savoir plus :

https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

http://www.collectif-testet.org/index.php

https://www.youtube.com/watch?v=92_TeKgVQEE

 

 

 

Posté par artpieton à 13:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
25 mai 2014

Plasticien : gagner à “être connu”

palettes

Plasticien : gagner à “être connu”…

 Et vous faites quoi, dans la vie ?

Des dessins, de la peinture.

Ah ! C'est bien ! Mais je veux dire, vous faites quoi comme métier ?

Des dessins, de la peinture. Je suis plasticien. C'est un métier.

Ah, d'accord…

 

Je suis plasticien.

Nous sommes plasticiens ! (nous étions officiellement en France 48536 en 2009)

Nous nous occupons d'arts plastiques : le mot plasticien le dit. Nous ne sommes pas seulement peintres ou sculpteurs, nous sommes de moins en moins spécialisés, alors on nous a inventé un nom plus générique, nous utilisons divers techniques et aujourd'hui d'autres disciplines nous sont familières (photo, vidéo, mise en scène, écriture, etc.)

Nous exposons nos travaux dans des galeries, des musées, des centres d'art et autres structures dans lesquelles tout le monde n'entre pas. Ce mode de “consommation” de l'œuvre d'art ne nous satisfait pas toujours et nous cherchons à en inventer d'autres.

Nous avons quelquefois un peu de mal avec le mot artiste qui nous installe encore trop souvent aux yeux du public à plusieurs centimètres au dessus du sol ! Nous sentons bien qu'une partie de la société dans laquelle nous vivons n'est pas toujours convaincu de notre utilité !

Aux yeux de certaines personnes nous avons choisi notre activité et nous en retirons principalement du plaisir. Il nous est difficile de faire admettre à ceux là, qui associent à la notion de travail celle d'effort, intellectuel ou physique, de sueur, voire de souffrance, que nous sommes des “ouvriers” ordinaires !

Nous sommes dits amateurs ou professionnels. Les deux termes sont ambigus ! Nous parlons de métier quand notre activité occupe l'essentiel de notre temps et de nos pensées, quand elle est pour nous une attitude, une façon de se définir. Nous parlons alors de désir, d'investissement et de nécessité.

Il faut ajouter que, pour la plupart, nous travaillons en solitaire, que nous nous rencontrons peu, mal, et toujours à l'intérieur de nombreuses “chapelles” de pensées différentes !

Dans tous les cas, que nous soyons amateurs ou professionnels,

nous avons de nombreux devoirs et quelques droits !

Nous avons tout d'abord le devoir de nous mettre en conformité avec les lois sociales et fiscales de notre société et donc de déclarer notre activité et les revenus que nous en retirons et cela dès le premier euro perçu !

(si nous sommes par exemple retraités ou peintres du dimanche, si nous taisons nos plus petites ventes, bien qu'utilisant une large palette de couleurs, nous sommes des travailleurs au noir !)

(la Maison des Artistes, créée en 1952, qui est tout d'abord une association de solidarité et d'entraide des plasticiens, est agréée par l'État pour gérer nos assurances sociales depuis la loi Malraux de 1964)

Comme n'importe quel auteur nous avons aussi des droits… d'auteur !

Nul ne peut s'emparer de nos productions pour les reproduire ou les copier par tous moyens existants (photo, impression, moulage, film, etc.) sans avoir obtenu notre autorisation. Et nous sommes alors en droit d'exiger une rémunération en contre partie.

Lorsque nous exposons notre travail, dans un lieu privé ou une institution publique, nous pouvons obtenir le paiement d'un droit de présentation !

(ou droit d'exposition, ex-droit de “monstration”) 

En effet le lieu qui nous accueille ne peut pas prétendre le faire par philanthropie pure ! Il en tire forcément une “publicité”, un bénéfice plus ou moins “immatériel” ! Nous sommes en droit de demander  à partager ce bénéfice !

Mais la plupart du temps nous payons pour exposer, nous louons les cimaises, nous participons aux frais, nous réglons ceux de dossier et au final nous gagnons à “être connus” ! Et si nous osons réclamer ce que la loi nous permet, il est probable que nous ne serons pas accrochés !

Pourtant si nous en exigeons systématiquement le règlement* on peut bien imaginer que dans un avenir proche toutes les structures d'exposition intègreront dans leurs budgets le paiement de ce droit de représentation. Le principe d'un cachet est depuis longtemps admis  pour les artistes du spectacle vivant.

* En priorité dans les lieux où la vente de nos œuvres n'est pas autorisée et qui quelque fois font payer au public un billet d'entrée !

Et,  cerise sur le tableau ! Nous pouvons aussi bénéficier du droit de suite !

Chaque fois qu'une œuvre que nous avons vendue est revendue, puis revendue et encore revendue, à condition que le vendeur soit chaque fois un professionnel du marché de l'art (galeriste, antiquaire, encadreur, etc.) nous devrions percevoir un pourcentage du montant de la vente !

(il existe cependant pas mal de possibilités pour ce vendeur pour s'exonérer de cette taxe !)

 Pour conclure, une définition de l'artiste parmi tant d'autres:

"Que croyez-vous que soit un artiste? Un imbécile qui n'a que des yeux s'il est peintre, des oreilles s'il est musicien, ou une lyre à tous les étages du cœur s'il est poète, ou même, s'il est boxeur, seulement des muscles ? Bien au contraire, il est en même temps un être politique, constamment en éveil devant les déchirants, ardents ou doux évènements du monde, se façonnant de toute pièce à leur image. Comment serait-il possible de se désintéresser des autres hommes et, en vertu de quelle nonchalance ivoirine, de se détacher d'une vie qu'ils vous apportent si copieusement ? Non, la peinture n'est pas faite pour décorer les appartements. C'est un instrument de guerre offensif et défensif contre l'ennemi."     

Pablo Picasso.

Posté par artpieton à 17:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :