09 juil. 2016

Un pinceau bleu

pinceau bleu

Un pinceau bleu

Nous sommes retournés à Sivens / lundi / forte lumière soleil blanc

personne

silence

silence humain les oiseaux sont revenus

passe un grand camion un tracteur curieux

ils ont bloqué l'accès à la dalle funeste par un coup de bulldozer

et un panneau dérisoire route barrée

la route s'est barrée

faudrait plus de route du tout,  accès interdit aux humains

pas touche au ruisseau / plus de bruit / pas de pas

pour rassurer définitivement les bestioles et la vieille dame terrorisée

pour qu'elles reviennent et soient nommées conservatrices perpétuelles du Tescou

elles reviennent les bestioles, on creuse un trou au milieu du désert

rempli d'eau / deux grenouilles ( averties comment ?) rappliquent !

inutilité du projet reconnue : la belle affaire ! victoire goût queue d'artichaut

gâchis / quel gâchis !

gâchis de branches, de feuilles, de troncs, de salamandres et de tritons

guerres inoubliables plaies bosses injures

meurtre

le gamin n'est pas mort pour rien : la grenade fatale aura fait barrage au barrage

la nature ( pour cette fois encore ) plus forte que la démesure humaine recouvre intègre dissous digère les derniers vestiges du champ de bataille

je ramasse une relique un pinceau ordinaire sur lequel a séché une peinture bleue un beau cobalt ayant servi à repeindre plus vif le ciel du Testet

Enregistrer

Enregistrer

Posté par artpieton à 16:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

13 nov. 2014

Gentioux

Gentioux

Mardi 11 novembre 2014

Ce matin, je suis allé faire mon devoir de citoyen français : je suis allé commémorer l'armistice de 1918, observer l'état de mon patriotisme et une minute de silence au pied d'un monument aux morts !

J'ai choisi celui de Gentioux, dans la Creuse.

Le monument aux morts pour la France de Gentioux est un édifice atypique ! On peut même le qualifier d'hérétique !

Comme beaucoup de ses contemporains, il se présente sous la forme d'un obélisque courtaud perché sur un socle de trois marches entouré d'une grille en fer forgé. Les noms de soixante trois défunts, héros de 14/18 et des autres conflits y sont inscrits dans l'ordre alphabétique. Mais à la place de la statue habituelle du glorieux poilu-dont-la-bravoure-etc…, il montre un enfant en sarrau tendant un poing rageur vers la formule gravée en lettres d'or dans le granit : “maudite soit la guerre” !

L'installation du monument à l'orphelin de Gentioux est une initiative de 1922 du conseil Municipal de Jules Coutaud, maire SFIO, maréchal-ferrant gazé pendant la grande boucherie !

À l'époque la préfecture de la Creuse refuse de participer à son inauguration !

Le monument n'est toujours pas reconnu par l'État aujourd'hui ! On raconte que les militaires qui passent par là pour se rendre au camp tout proche de la Courtine ont longtemps reçu l'ordre de tourner la tête de l'autre côté !

Mais le monument pacifiste de Gentioux est célèbre et chaque 11 novembre il est le rendez-vous des antimilitaristes de tous poils ! Libres penseurs et anarchistes s'y retrouvent, y prononcent justes discours, entonnent ensemble la chanson de Craonne et s'attablent à midi pour un banquet républicain !

 

Ce matin, la liste des morts pour la France avait été justement complétée par celle, non exhaustive, des morts par la France ! 43 noms de victimes des violences d'état depuis 2005 s'y trouvaient notés, celui de Rémi Fraisse en tête !

 

 

 

IMG_4940 copie

Anarchistes

“Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent…”

Mardi matin, à Gentioux, la statistique de Léo Ferré était fausse ! La proportion d'anars, d'anarchos, était à mon avis plus vraisemblablement supérieure à un sur deux, les grands pavillons noirs au A cerclé flottaient librement au vent frais du carrefour ! Les crieurs du Monde Libertaire et de Creuse-Citron, le journal libertaire de la Creuse, faisaient joyeusement recette !

Je me demande souvent si je suis anarchiste ! Si j'ai le droit, au regard de mon quotidien fait de concessions et de compromis, d'en épingler le pin's au revers de mes vestes noires !

 Dans son livre : l'ordre moins le pouvoir (éditions Agone), Normand Baillargeon écrit :

“Affirmez que vous êtes anarchiste et presque immanquablement on vous assimilera à un nihiliste, à un partisan du chaos voire à un terroriste ! Or, il faut bien le dire : rien n'est plus faux. Et ce contresens résulte de décennies de confusion savamment entretenue autour de l'idée d'anarchisme.

En première approximation, disons que l'anarchisme est une théorie politique au cœur vibrant de laquelle loge l'idée d'anti-autoritarisme, c'est-à-dire le refus conscient et raisonné de toute forme illégitime d'autorité et de pouvoir. Une vieille dame ayant combattu lors de la guerre d'Espagne disait le plus simplement du monde: "Je suis anarchiste: c'est que je n'aime ni recevoir ni donner des ordres." On le devine: cette idée est impardonnable, cet idéal inadmissible pour tous les pouvoirs. On ne l'a donc ni pardonné ni admis.

 L'anarchisme se définit étymologiquement comme [an-] (privatif) [archos] (pouvoir, commandement ou autorité) ; il est donc, littéralement, l'absence de pouvoir ou d'autorité. Ce qui ne signifie ni confusion, ni désordre, si l'on admet simplement qu'il y a d'autres ordres possibles que celui qu'impose une autorité : voilà, exprimé le plus simplement possible, ce qu'affirme d'abord l'anarchisme. Cet ordre en l'absence de pouvoir, les anarchistes pensent qu'il naîtra de la liberté- de la liberté qui est la mère de l'ordre et non sa fille, comme l'affirmait Pierre Joseph Proudhon. Pour le dire autrement, l'anarchisme pense que le désordre, après tout, ce peut bien être que “l'ordre moins le pouvoir”, selon le beau mot de Léo Ferré”

Pour devenir anarchiste, il me faudrait trouver réponses à de nombreuses questions, sur la “nature humaine”, sur les moyens de parvenir à cette société rêvée, sur l'idée de révolution, sur le problème de la violence et définir au plus juste le mot “utopie” !

"Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait”

 

Posté par artpieton à 23:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 nov. 2014

Sivens est une île

Sivens est une île !

Panorama sans titre1

A Sivens, dans le désert laissé par les déboiseurs et les défricheurs, “ils” construisent un village. Préhistorique, médiéval, avec les moyens du bord, bois de récup, torchis du ruisseau, palettes de la société de conso. “Ils” construisent des cabanes, et des ponts levis au dessus des fossés d'eau. “Ils”, des gars, des filles, avec un seul prénom égalité, mixte, Camille, un “foutez-nous la paix” réponse définitive au sempiternel “vos papiers !”.

Mais bon, “c'est pas des gens comme nous” disent les braves gens ! “Vous avez mesuré leurs cheveux ? Vous avez vu l'état de leurs vêtements ? Vous avez senti leurs cigarettes ?” Les mêmes distinguos font les peurs éternelles, les braves gens n'aiment pas que ! Et puis ils jettent des pierres dans les vitrines et sur la tête des policiers !

Bon, c'est vrai, lors des manifestations quelques uns ont choisi une résistance nettement plus musclée ! Ils opposent au matériel militaire et sophistiqué des forces de l'ordre, cailloux, pétards et fumigènes de 14 juillet, à leurs carapaces de homards bleus, foulards et cagoules.

Quelques uns. Quelques uns cèdent à la colère. Quelques uns continuent à penser que l'on ne pourra pas changer ce vieux monde autrement que par la violence. On peut comprendre, la police tue leurs copains. Je voudrais nous y voir.

Mais cette violence fait la une, le pouvoir la provoque et l'utilise pour manipuler la très indiscernable opinion publique, les braves gens qui n'aiment pas que, certains médias complices contribuent.

Mais la très grande majorité est pacifique et pacifiste et se présente torse nu, nez de clown et bras levés devant les boucliers et les matraques des gardes mobiles,.

À Sivens, sur les rives scalpées du Tescou, “ils” construisent une île ! Notre vieux monde fissuré, ses supers et ses hypers ils n'en veulent plus !

Notre pauvre république (gagnée il ya 222 ans par de semblables gamins) avec ses présidents bavards et ses inutiles hémicycles, ils n'en veulent plus !

On aura beau édifier tous les barrages du monde pour faire monter le niveau du ruisseau, ils s'en foutent pas mal, ils construisent un monde à eux, l'île qu'ils façonnent est flottante et insubmersible ! Je veux dire que les idées libertaires qu'ils redécouvrent et actualisent germeront comme les glands semés l'autre jour.

Ils font des cabanes et de hautes tours avec les troncs rescapés du massacre, des miradors pour voir arriver les copains mais aussi pour guetter l'ennemi, l'état de droit propriétaire de l'endroit, garant de l'ordre et du rangement républicain.

Car on risque de ne pas les laisser faire plus longtemps, non mais, manquerait plus que ça, il va bien s'en trouver un pour donner un coup de pied dans leur château de sable. C'est annoncé.

Ce jour là, l'indifférence des braves gens fera le reste.

 

Posté par artpieton à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 sept. 2014

Sivens S'engager

Sivens

S'engager

 On déboise la forêt pour construire un barrage et on assassine tous les habitants de l'herbe, de l'eau et des arbres à Sivens dans le Tarn pour satisfaire les besoins en eau d'une poignée de maïsiculteurs et les ambitions du Président du Conseil Général du département.

La ZAD de Sivens (Zone d'Aménagement Différé) a été rebaptisée ici (comme à Notre-Dame-des-Landes) ZAD (Zone À Défendre) par les militants qui tentent par divers moyens d'empêcher le massacre.

Ce sont des jeunes filles, des jeunes gars, de l'âge de mes gamins, ils ont tous les courages, ils vont au contact des gardes mobiles pour protéger leurs copains, ils sont gazés, ils prennent des coups violents, ils ne reculent pas, ils opposent leurs corps à l'avancée des machines de déboisement, ils s'enterrent sur leur passage, ils s'installent des jours et des nuits entières dans les arbres au risque de s'abattre avec eux.

D'autres, qui ont mon âge, ont cessé de s'alimenter depuis plus de 15 jours maintenant.

C'est un vrai combat, une belle et bonne cause à mes yeux.

Ils m'appellent, ils nous appellent, ils me demandent de faire du nombre, de résister, d'empêcher.

Ils ne me culpabilisent pas en même temps, ils disent que chacun peut faire ce qu'il peut, selon ses moyens.

J'avais l'alibi des kilomètres pour Notre-Dame-des-Landes et d'autres combats. Mon petit coin de Tarn était jusque là calme et protégé, ou bien mes oreilles en panne, les revendications de Sivens datent de plusieurs années.

Sivens, c'est à deux pas. Les franchir pour un pique-nique citoyen un dimanche de soleil, gardes mobiles et machines-dinosaures absents, retrouver des amis, une famille de convictions, se compter, signer les pétitions et rentrer chez soi, c'est facile. Le lundi matin les engins reviennent et leurs escortes de GIGN et de polices spéciales et avec eux la violence. Je n'y suis pas. Les excuses que je me fournis avancent une arthrose au genou, un ou plusieurs "trucs" à faire, un rendez-vous important, etc.

Bon, quand même, j'écris sur ce blog, je diffuse les infos. Pas si mal. Je sauve un ou deux brin d'herbe…

Le massacre de la forêt de Sivens et la répression si violente et si incroyable qui s'y installe est donc pour moi l'occasion de me poser pas mal de questions :

Je me demande un peu ce qu'il reste de mes vingt ans fêtés en 1968, de mes rêves libertaires ? Quels furent mon engagement et ma résistance cette année là ? Et depuis ? Je me dis fier de n'avoir pas mis les doigts dans les engrenages du système en choisissant de "faire l'artiste". Ce fut peut être une manière de résistance. Ce fut peut-être une fuite, etc…

C'est surtout l'occasion de me demander ce dont je vais être capable/incapable de faire pour résister (prochainement?) à un futur pouvoir démocratiquement élu par une majorité de mes voisins !

 

Pour en savoir plus :

https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

http://www.collectif-testet.org/index.php

https://www.youtube.com/watch?v=92_TeKgVQEE

 

 

 

Posté par artpieton à 13:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :