07 janv. 2020

droit d’exposition

 

Musique nouvelle !

 

Le droit d’exposition des artistes plasticiens prend enfin forme !

 

Le ministère de la Culture a établi un barème minimum de rémunération à verser aux artistes dont les œuvres sont présentées publiquement !

Réclamée depuis longtemps par les artistes, la rémunération au titre du « droit d’exposition » est maintenant encadrée par un texte de la direction générale de la Création artistique du ministère de la Culture. Ce texte est issu d’un groupe de travail dont la réflexion a abouti à des recommandations inédites de rémunération par type d’exposition qui « peuvent être mises en œuvre aussi bien par l’État, ses opérateurs et ses labels que par les collectivités territoriales », selon le ministère de la Culture.

Ce sont des recommandations ; il s’agit en effet moins d’imposer que de responsabiliser les organisateurs d’exposition !

1 000 euros minimum pour une exposition monographique quelle que soit sa durée et quel que soit le nombre d’œuvres !

« C’est un seuil de rémunération volontairement très bas qui a été adopté car il ne faudrait pas que ces recommandations aient pour effet une baisse du nombre d’expositions, surtout dans une période d’économie contrainte », prévient la Rue de Valois..

Dans le cadre d’une exposition collective, le minimum de rémunération a été fixé à 100 euros pour tout artiste dont une œuvre au moins est présentée, et ce quelle que soit sa durée. Si l’exposition collective présente moins de dix artistes, un montant global de 1 000 euros par exposition devra être divisé par le nombre d’artistes. Si l’exposition présente plus de dix artistes, un minimum de rémunération de 100 euros par artiste sera appliqué.Un guide et des modèles de contrat devraient par ailleurs être établis pour faciliter l’application de ce barème par les collectivités territoriales ou les opérateurs privés.

 

L'intégralité de l'article de Christine Coste est ici.

 

IMG_8732

 

Après avoir confié à l’URSSAF Limousin ( ! ) ( sans aucune forme de procès ) la gestion de nos contributions et qui nous demande d'entrée une cotisation unique de 975 € quelques soient nos revenus de 2019, substantiels pour certains, négatifs pour la plupart, le Ministre de la Culture nous livre t'il une bonne nouvelle ? Les artistes plasticiens n'auront-ils désormais plus rien à envier à leurs collègues musiciens ? Vont-ils peindre en concert sous les applaudissements, vendre à la sortie du spectacle leurs CD bourrés de reproductions, toucher un royal cachet et bénéficier du merveilleux statut de l'intermittence ? J'en doute encore mais n’empêche, je me dis qu'avec cette annonce de notre ministère une musique nouvelle devrait être entendue les soirs de vernissage, un doux vibrato des cimaises ! On va peut-être pouvoir exiger, à défaut du cachet annoncé, qu'il ne nous coûte rien d'accrocher nos œuvres aux murs des quelques petites structures qui elles aussi gagnent par là à être connues !

 

 

Posté par artpieton à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,