23 avr. 2015

Les Impressionnistes

image

Les Impressionnistes (une chronique de René Gauguin)

Les Impressionnistes, au début, (on est vers 1860) (ils ne s'appellent pas encore les Impressionnistes) ils veulent faire des paysages !

En réaction contre la toute nouvelle société industrielle, contre la ville ! Ils veulent retourner à la Nature !

Jusque là, le paysage, les peintres, ils le font à l'atelier : ils préparent les couleurs : ils mélangent les pigments et les huiles (chacun sa recette !) Ils enferment la peinture dans des pots de verre ou des vessies de porc ! Ils installent des toiles immenses sur des grands chevalets à roulettes et à manivelle.

Auparavant ils ont fait dehors des croquis, des aquarelles, ils font des paysages d'après ces "notes". Ça donne des représentations de la nature plus ou moins idéalisées !

Et ils font des paysages dans le fond d'une scène, derrière les personnages, derrière le portrait, ils ne font pas vraiment du paysage pour faire du paysage.

Il y en a bien quelques uns qui ont essayé, qui sont sortis, qui se sont installés dans la nature avec un matériel possible : Daubigny, Millet, Corot, Rousseau, à Barbizon, en forêt de Fontainebleau, à partir de 1825.

Les Impressionnistes, au début, (on est vers 1860) (ils ne s'appellent pas encore les Impressionnistes) ils veulent faire des paysages et ils veulent que ça ressemble !

Il faut dire que l'on vient d'inventer la photographie : (1826 : Niepce, 1839 : Daguerre) et bientôt la photographie en couleurs  (1861)

Les peintres veulent montrer que la peinture n'est pas morte et même, qu'ils peuvent faire mieux que les photographes !

Le mieux, pour faire ressemblant,  c'est de se mettre devant le paysage et de bien regarder !

Le paysage, on le trouve où ? À la campagne, bien sûr !

Donc il faut quitter Paris pour la campagne, la mer !

Ça tombe bien, depuis peu, c'est nouveau, il ya des trains qui partent des grandes gares pour aller à la campagne et à la mer ! Ils ont  beau vouloir réagir contre la société industrielle, les peintres prennent le train !

Il faut, pour prendre le train, un matériel léger et peu encombrant :

On invente pour eux :

-- le chevalet de campagne, léger et pliable

(Il est au catalogue Goupil et Cie en 1857)

-- le tube de couleurs en 1841

John Goffe Rand, un américain, se fait voler l'invention par Winsor et Newton et par Lefranc qui n'est pas encore un Bourgeois et qui l'équipe d'un bouchon vissé en 1859.

De plus, autre invention importante : un certain Chevreul a écrit un traité très scientifique sur la couleur en 1839.

Les Impressionnistes, au début, (on est vers 1860) (ils ne s'appellent pas encore les Impressionnistes) descendent du train de bon matin à Chatou, Argenteuil, Deauville, Honfleur, etc. et se mettent à la recherche du sujet, du motif et quand ils l'on trouvé ils s'installent !

Le soleil, lui, luit ! Il fait son bouleau de soleil, le soleil : lever à l'est, zénith, coucher à l'ouest ! Et les ombres tournent, s'éclaircissent à midi, foncent le soir !

Les Impressionnistes, (ils ne s'appellent pas encore les Impressionnistes) s'aperçoivent que dans les ombres tout n'est pas noir !

(Ils vont d'ailleurs jeter leurs tubes de noir !)

Mais le temps de s'en apercevoir les couleurs ont changé ! Passe un nuage, arrive une averse !

Ils ne s'en sortent pas très bien !

Ils aimeraient avoir le temps et toujours le beau temps ! Alors ils se dépêchent !

En plus, le dernier train vers Paris c'est à 19h37 !

Les Impressionnistes,  (ils ne s'appellent pas encore les Impressionnistes) confrontés au temps qui passe, font de la peinture contre la montre !

Pour tenter de résoudre le problème, Monet, qui lui, habite dans le paysage, à Giverny, (il s'en fout des horaires des trains) installe plusieurs toiles dans son jardin et se déplace d'heure en heure de toile en toile !

Mais au bout du compte, le beau projet de faire "que ça ressemble" tombe à l'eau, dans la Seine, dans la Marne !

Ils voulaient faire vrai, peindre objectivement, ils vont progressivement laisser aux photographes la mission de "copier" le paysage et vont s'occuper d'autres choses que de ce que voient les yeux :

Héritiers du mouvement impressionniste, Van Gogh va s'occuper de traduire par la couleur "les terribles passions humaines", Gauguin ira chercher ce qu'il nous reste de "primitif" et Cézanne va reconstruire, charpenter, maçonner la peinture …

Les Impressionnistes c'est : Monet, Manet, Pissaro, Berthe Morisot, Degas, Renoir,

Guillaumin, Caillebotte, Seurat, Gauguin, Bazille, Cézanne, Sisley.

Au début, les Impressionnistes, on ne les appelle pas les Impressionnistes :

Monet se lève de bonne heure un matin de 1872 et se paye en quelques minutes un lever de soleil sur le port du Havre ! Il le trouve si peu réaliste qu'il le titre: "Impression, soleil levant"

Lors de l'exposition des impressionnistes, la première, en 1874  (chez Nadar, un photographe !) Louis Leroy, journaliste au Charivari, se moque du tableau et de tous les autres et baptise ironiquement le groupe du surnom qui fera recette : "les Impressionnistes" !

 

LE PLIANT OK

On peut toutefois regretter que l'invention du pliant en fil d'acier galvanisé et dessus toile commercialisé par Manufrance Saint-Étienne ne soit survenu qu'en 1952 car elle aurait permis aux Impressionnistes un repos salutaire dans leurs longues journées d'observation du paysage et, élément non négligeable, une vision plus proche du sol de leur sujet de prédilection.

 

 

Posté par artpieton à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,