07 mars 2015

Photocopieur

photographier

Photocopieur !

C'est une belle expo. L'émotion est au rendez-vous. Et j'apprends plein de choses. Je ferais bien quelques photos. Pour fixer l'instant. Pour mémoire. Le travail des autres, ainés célèbres ou collègues inspirés, m'enrichit toujours.

Mais !... Un petit macaron autocollant représentant un appareil photo barré d'une croix rouge et impérative m'indique clairement que les prises de vues ne sont hélas pas autorisées !

Je ne vais pas jouer les paparazzis, je demande poliment, je justifie mon projet, j'explique, j'argumente, je ne vais bien sûr pas “utiliser” les images prises à des fins mercantiles, commerciales, je ne vais pas copier non plus, je sais que ce n'est pas beau de copier !

En même temps je cite quelques grands copieurs de l'histoire de l'Art : Vincent Van Gogh qui “refait” une bonne vingtaine de Millet, Picasso qui “se paye” le déjeuner sur l'herbe de Manet, etc.

Bon, c'est non, ils ne veulent pas !

Ils disent que je peux leur piquer l'“idée” ! Entre nous, je l'ai vue, l'“idée” ! Je n'ai pas besoin de mon Canon pour la retenir ! Je dis bien que c'est pour “consommation personnelle”, pour mon petit musée intérieur, ça ressortira forcément dans mon travail d'une façon ou d'une autre, mais malaxé, digéré, passé au moulin à légumes de mon cerveau ! Ou bien ça ne laissera aucune trace, ce sera oublié.

Et puis, bon, c'est exposé, non ? C'est donné à voir ! Quand j'expose une peinture quelque part je sais bien qu'elle ne m'appartient plus vraiment, elle devient libre, elle quitte l'atelier pour vivre sa vie dans le regard de ceux qui me font le plaisir de la contempler ! Quand je suis de l'autre côté, quand j'expose, j'autorise les photos. Je demande quelques fois à quel usage sont destinés les clichés mais j'autorise. Quitte à faire valoir mon droit réservé de reproduction en cas d'abus.

Bon, c'est non, ils ne veulent pas.

Je passe la vitesse supérieure, je déballe mes boîtes de cirage, je dis que finalement c'est plutôt flatteur d'être pris en photo par un admirateur, d'être publié sur un blog perso visité par des milliers d'internautes, je dis que ne manquerais pas de citer le nom de “l'artisse”, que ça va lui faire une belle pub ! Je vais même jusqu'à expliquer que le pillage, voire même le vol, sont de véritables actes d'amour et d'admiration !

Bon, c'est non, ils ne veulent pas !

Et les textes ! Que disent les textes ?

Ils disent, en gros, que le responsable de l’entrée des personnes dans un lieu ouvert au public et/ou le propriétaire (privé ou organisme public) de ce lieu peut restreindre ou interdire le droit d’y photographier. Ces restrictions ou interdictions sont tout à fait légales et peuvent se justifier pour des raisons diverses : tranquillité d’un spectacle, respect des personnes, protection d’œuvres d’art (exemple : interdiction d’utiliser le flash dans un musée), etc.

D'autre part, le ministère de la Culture et de la Communication publie une charte des bonnes pratiques photographiques dans les musées et les monuments nationaux, qui décline en 5 articles les engagements réciproques entre les établissements et les visiteurs-photographes.

Bon là, c'est non, ils ne veulent pas !

Et si j'achète le tableau, j'aurais le droit de le photographier ?

Je pourrais en faire ce que je veux ? Je pourrais le découper, le brûler ?

Bon, là je vais trop loin ! Ma question pose question !

Je renonce. Apparemment ! Et, faux-cul, je révise mon “il est interdit d'interdire” et je déclenche discrètement, à la volée. Je vole une image !

Posté par artpieton à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 août 2014

La poubelle du labo

photo poubelle

La poubelle du labo

J'ai fréquenté, au temps de l'argentique, un labo collectif, ses bains révélateurs sous le rouge inactinique.

L'érotisme était en miettes, au fond de la poubelle…

Voir l'album : la poubelle du labo

Posté par artpieton à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :