27 févr. 2019

chute et l'envol, Sophie Bach

Chute et l’envol

 

visuel villemur

à la rencontre des images de Jacques Trouvé

( voir lien vers le site ici )

Donner des ailes

Ce qui est figuré nous renvoie au mythe, celui d’Icare, jeune homme grisé par l’irrépressible désir de s’élever. Icare dont les ailes furent brûlées par la chaleur de l’astre solaire, puni peut-être, enivré certainement, par la lumière et l’altitude. Raison perdue. Ce corps ailé se profile ici au féminin et coudoie une autre figure familière, le torse dressé de La Victoire de Samothrace. Le frottement de ces deux figures issues d’un lointain passé donne déjà le ton. Ce qui se joue ici est duel, résolument, suspendu, vibrionnant.

Cette aventure fébrile du mouvement, de la lumière et de la chaleur, l’artiste Jacques Trouvé nous la raconte en l’engageant sur son terrain, celui de la peinture, pour faire apparaître non pas tant une solution qu’une manière de suspendre (pour reprendre une formule de l’historienne de l’art Rosalind Krauss)

Détacher

Les éléments de ce corps ailé sont tout à la fois associés et détachés comme le sont les supports que l’on peut rapprocher ou disjoindre à loisir. Jacques Trouvé travaille sur des plaques de carton qu’il assemble au moment de l’accrochage. Sur le mur il dispose, il distribue les ailes, oriente les corps. Cet exercice déjà, défait les repères, nie la gravité. Ces associations de surfaces sont donc modulables, et si l’on devine les limites de cette combinatoire, ce dispositif ouvre ostensiblement la voie à la déclinaison et à la variation, c’est un mode opératoire qui exprime à lui seul une forme de liberté.

Ce sont aussi les formes qui se détachent du fond, ou est-ce l’inverse? Il est aussi difficile de distinguer le dessous du dessus que de situer le haut et le bas parfois, l’artiste procède par couches successives de peinture acrylique, des strates qui affleurent par endroit sous un badigeon pressé.

Décliner

L’usage d’un pochoir permet la reproduction à l’envi de cette silhouette dépourvue de tête et de bras, de ses ailes aussi. Lorsque les teintes se font terreuses, l’image des mains préhistoriques inscrites en négatif sur la paroi rocheuse nous reviennent à l’esprit, nous rappellent combien ce geste de marquage et de masquage est ancien, primitif.

Le pochoir, surface évidée que l’on peut déplacer, renverser, inverser, autorise à la fois la répétition et la variation. Cette matrice formelle dépouillerait la forme de toute profondeur, la réduisant à l’état de silhouette, si elle n’était relayée par la couleur, qui lui redonne chair. Le sensible, le chaotique, sont livrés nus, instables mais contenu dans cet espace délimité par le pochoir, comme s’il nous était donné de le voir à travers une petite fenêtre.

En suspens

Jacques Trouvé, par ses choix (l’exercice de la variation, l’usage de motifs identifiables mais changeants, le déploiement en série), nous livre des images en train de se faire. S’astreindre à des contraintes formelles (usage du pochoir, format rectangulaire du support, palette formelle et chromatique restreinte) libère l’expression. Ainsi avons-nous, face à ces images, la sensation d’assister à un exercice d’improvisation, rythmé, pulsatile.

Cette miraculeuse soudaineté de production que nous ressentons est réjouissante et illusoire.Cette illusion est rendue possible par l’introduction d’un désordre dans la couleur et la gestuelle, une inquiétude enthousiaste qui laisse penser que l’image jaillit sans effort, spontanément équilibrée et juste ( les propos en italique sont empruntés à Friedrich Nietzsche dans son ouvrage Humain, trop humain).

Sophie Bach

Posté par artpieton à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 févr. 2019

petit hommage à ma mère

ma mère

Ma mère était toujours d'humeur égale, mauvaise.

Et conséquemment, de mauvaise foi. Elle se disait critique. Quand elle donnait son avis, il était contraire. Quand on avait assimilé sa philosophie du contre-pied, il devenait facile d'obtenir d'elle ce que l'on voulait. La plupart du temps, nous préférions, mon père et moi, le silence, la résistance passive et la pensée clandestine.

Nous ne sommes jamais partis en vacances au bord de ma mère.

Dès le premier jour de juillet, elle m’envoyait en colonie de vacances au bord des larmes.

Nous partions coloniser le Tonkin, la Cochinchine, St Pierre, Miquelon, le sud algérien ou les comptoirs français de l’Inde : Pondichéry, Chandernagor…

Le car Giron roulait toute la nuit. Mon ventre avait mal au colon.

Les parents se séparaient de leurs enfants rachitiques de l’après guerre pour préserver leur santé : les colos de cette époque étaient sanitaires, donc salutaires. Les derniers tickets de rationnement qui flottaient dans le porridge étaient vitaminés.

On nous pesait à l'arrivée et à la fin du séjour.

Un été où j'avais pris 440 grammes, cheftaine Rose dit : ta maman ne va pas te reconnaître ! C'est ce qui arriva.

Tous les colons repartis, je restais seul à la colo avec cheftaine Rose. Elle était belle et blonde comme la Flora du Titien. J'étais fou amoureux ! Elle avait vingt ans à peine, moi sept, la différence d’age ne me posait aucun problème.

Nous vécûmes de pêche, de chasse et de cueillette jusqu'en septembre.

Les jours de pluie, nous écrivions une carte postale à mes parents :

"Chers vous deux, j'espère qu'il en est de même pour vous. Il fait beau. Je m'amuse bien à la colonie. J'ai une petite camarade. Je mange bien. On se baigne. Bons baisers. Jacky."

Mais Rose s’enfuit comme s’enfuient les Roses, l’espace d’un instant, sur un bateau en papier, avec un Robinson Crusoë, un vendredi.

 

 

 Tu es ma mère incomplètement faite

à gauche du poêle contre le mur blanc

il manque quelques paillettes à ton œil

nu et clair, quelques dents en bouche

le serre-tête, le cheval, le chien

Accordéon de l’orphéon des tiques

et des rogatons, il manque un ciel à ta garde-robe

un ciel éclatant et serein, du papier à baiser

lettres et ratures, de la crème aigre

et un ami loup

 

Eugène Savitzkaya

 

 

 

 

 

Posté par artpieton à 19:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 févr. 2019

invitation à abonnement

pour me prouver que vous existez bien, là bas, de l'autre côté de mon écran

et que vous avez ramassé une de mes bouteilles à la mer échouée sur la plage

merci de me laisser vos commentaires, vos suggestions, vos critiques !

directement au pied de mes articles

surtout merci de vous abonner à mon blog 

même de manière anonyme, sous un joli pseudonyme par exemple

afin que j'envahisse régulièrement vos boîtes mails de mes coups de cœur ou de blues !

vous êtes ici 2

Posté par artpieton à 20:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 févr. 2019

petit hommage à mon père

IMG_0001

 

l'aviateur cloué au sol

Mon père avait volontairement renoncé à parler le 19 juin 1940. Il entrait ce jour là dans l'armée des ombres de la Résistance où la plus grande discrétion s'imposait. Il tint parole jusqu'à la Libération. Il fut cependant relativement peu communicatif par la suite avec sa famille et ses semblables, voire extrêmement silencieux. Il se réfugiait la plupart du temps dans un monde imaginaire dans lequel nous n'étions pas conviés. Il s'enfermait dans la carlingue du Bréguet XIV, baptisée l'avion sans ailes, immobilisée dans le jardin, que Guillaumet lui avait offert à la suite de son crash dans la Cordillère des Andes et qu'il avait aménagée en atelier-bureau.

Il devint Grand Collectionneur. Hormis sa collection de timbres de France, des colonies françaises, d'Andorre et de Monaco ( elle vaut une fortune ! disait ma grand-mère, il les a tous ! ) mon père collectionnait les volcans, les collections et les collections de collections.

La collection de volcans prenait beaucoup de place. Le parc s'étendait de l'est à l'ouest entre Issoire et La Bourboule et du sud au nord depuis Charbonnières-les-Vieilles jusqu'à Besse-en-Chandesse. Au début, les maires des communes concernées avaient eut beau coup de mal à accepter les cônes et les cratères fumants sur leurs territoires et puis, devant le déferlement des touristes et des vulcanologues, ils en avaient rapidement mesuré l’intérêt.

Mon père poursuivit ses activités d'agent secret pendant toute la guerre froide. Je n'avais bien sûr pas le droit d'en tirer une quelconque gloire dans la cour de récréation. Il avait heureusement une couverture, une profession ordinaire, il était gommeur de toisons pubiennes pour le magazine érotique Paris-Hollywood. La censure de l'époque condamnait la publication d'intimités féminines trop fournies : mon père recevait des photographies sous plis confidentiels et avec une infinie patience et une technique hautement complexe, transformait ces triangles buissonniers en territoires défrichés, pubères et asexués.

Un soir, après le repas et la diffusion de l'épisode quotidien de Signé Furax le Grand Collectionneur gagna comme d'habitude la carlingue du Bréguet XIV, baptisée l'avion sans ailes, immobilisée dans le jardin, que Guillaumet lui avait offert à la suite de son crash dans la Cordillère des Andes et qu'il avait aménagée en atelier-bureau. Il mit les gaz, décolla dans l'axe de l'allée du jardin et disparut à jamais. Il me laissait les collections inestimables, sa montre, son couteau et un exemplaire de Paris-Hollywood non censuré.

Posté par artpieton à 10:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Pascale Drivière au Bazart

blog


Pascale Drivière, cérémonies

Pascale Drivière collectionne les poupées folkloriques de nos provinces françaises, et aussitôt revenue de la brocante ou du vide-grenier s'empresse de les déshabiller, remise leurs costumes locaux dans une boîte à chaussure pour ne considérer que leurs corps criblés de trous d'épingles, perforés comme marottes de sorcières, affublés de faux seins, de faux culs et autres rembourrages.

Puis elle les aligne et les contemple : une fois scalpées, la différence entre garçons et filles ne tiens qu'à quelques cils peints et à des bouches rouges. Les chaussettes blanches et les petits vernis noirs à bride sont communs à tous, leurs doigts sont serrés et leurs pouces levés, leurs yeux sont bleus ou marron. Dans leur garde-à-vous elles nous tendent les bras

Pascale sélectionne une série de dormeuses ( leurs yeux se ferment quand on les couche ) les ampute de leurs deux bras et ainsi préparées, les enveloppe, les emballe, les emmaillote, les panse ? les soigne ? dans de précieuses dentelles blanches ou écrues, bien serrées, qui les immobilise cependant, de la tête aux pieds, ne laissant apparaître que leurs visages, leurs joues brillantes et leurs yeux mobiles.

Tiens, l'une est endeuillée de dentelles noires !

Elles sont belles, parées comme des reines égyptiennes, installées dans leurs boîtes argentées, sur un fond de nacre.

Pour pour quelles cérémonies ? Pour quelles célébrations ? Pour quels voyages ?

Certaines, pourvues de nœuds papillon, choisissent la fuite et l'envol.

D'autres, haussées sur leurs robes amidonnées s'invitent à un bal immobile de débutantes.

À voir au BAZART à Saint Antonin-Noble-Val jusqu'au 14 avril

mercredi de 15h à 18h30

jeudi vendredi de 11h à 15h

samedi de 10h à 12h30 et de 15h à 18h30

dimanche de 10h à 14h

Posté par artpieton à 09:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :