Jacques Trouvé/objets perdus

07 janv. 2020

 

Musique nouvelle !

 

Le droit d’exposition des artistes plasticiens prend enfin forme !

 

Le ministère de la Culture a établi un barème minimum de rémunération à verser aux artistes dont les œuvres sont présentées publiquement !

Réclamée depuis longtemps par les artistes, la rémunération au titre du « droit d’exposition » est maintenant encadrée par un texte de la direction générale de la Création artistique du ministère de la Culture. Ce texte est issu d’un groupe de travail dont la réflexion a abouti à des recommandations inédites de rémunération par type d’exposition qui « peuvent être mises en œuvre aussi bien par l’État, ses opérateurs et ses labels que par les collectivités territoriales », selon le ministère de la Culture.

Ce sont des recommandations ; il s’agit en effet moins d’imposer que de responsabiliser les organisateurs d’exposition !

1 000 euros minimum pour une exposition monographique quelle que soit sa durée et quel que soit le nombre d’œuvres !

« C’est un seuil de rémunération volontairement très bas qui a été adopté car il ne faudrait pas que ces recommandations aient pour effet une baisse du nombre d’expositions, surtout dans une période d’économie contrainte », prévient la Rue de Valois..

Dans le cadre d’une exposition collective, le minimum de rémunération a été fixé à 100 euros pour tout artiste dont une œuvre au moins est présentée, et ce quelle que soit sa durée. Si l’exposition collective présente moins de dix artistes, un montant global de 1 000 euros par exposition devra être divisé par le nombre d’artistes. Si l’exposition présente plus de dix artistes, un minimum de rémunération de 100 euros par artiste sera appliqué.Un guide et des modèles de contrat devraient par ailleurs être établis pour faciliter l’application de ce barème par les collectivités territoriales ou les opérateurs privés.

 

L'intégralité de l'article de Christine Coste est ici.

 

IMG_8732

 

Après avoir confié à l’URSSAF Limousin ( ! ) ( sans aucune forme de procès ) la gestion de nos contributions et qui nous demande d'entrée une cotisation unique de 975 € quelques soient nos revenus de 2019, substantiels pour certains, négatifs pour la plupart, le Ministre de la Culture nous livre t'il une bonne nouvelle ? Les artistes plasticiens n'auront-ils désormais plus rien à envier à leurs collègues musiciens ? Vont-ils peindre en concert sous les applaudissements, vendre à la sortie du spectacle leurs CD bourrés de reproductions, toucher un royal cachet et bénéficier du merveilleux statut de l'intermittence ? J'en doute encore mais n’empêche, je me dis qu'avec cette annonce de notre ministère une musique nouvelle devrait être entendue les soirs de vernissage, un doux vibrato des cimaises ! On va peut-être pouvoir exiger, à défaut du cachet annoncé, qu'il ne nous coûte rien d'accrocher nos œuvres aux murs des quelques petites structures qui elles aussi gagnent par là à être connues !

 

 

Posté par artpieton à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 janv. 2020

voeux-20-copie

Posté par artpieton à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 nov. 2019

nager

être un poisson au dos pommelé

de l'eau troubler les reflets de lac vert

accoster jeter l'encre dans un hôtel de canicule blanche

habiter une île une presqu'île une presqu'elle

un grain de beauté/de sable

verbe la rouille de mon voyage

danse sous les étoiles

des constellations de la louve et de la renarde

du bout de mon aile nageoire

comme un oiseau sauvage

rassembler abolir le temps divisé

(voir la série)

 

les étoiles (1)

 

Posté par artpieton à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avr. 2019

Giacometti

image_1454_large_fr

Expo Giacometti au Musée Toulouse Lautrec à Albi

Alberto Giacometti, d'après modèle

mes notes

un très petit buste sur un énorme socle comme une tête réduite jivaro

ses figures au garde à vous bras ballants figés nues debout humaines

toutefois comme des déesses dit Jean Genet

un axe vertical toujours les traverse

il construit ses portraits à partir d'une croix

symétriques

il crayonne longtemps au centre du dessin jusqu’à user le feuille la percer

de petits dessins face profil dans le coin ou le bas d'une grande feuille

son dessin tourne autour des yeux il en fait des cibles

il semble ne pas lever le crayon et ne pas souvent regarder son papier

un portrait de René Char au stylo à bille penché comme une tour de Pise

qui écrit un poème dans sa tête

Annette, aimée, modèle, elle pose pendant des jours

au bout de trois elle ne se ressemble plus

il dit qu'à la fin il ne la reconnaît pas

si belle leur photo face à face

dans la vidéo il taille sa terre avec un canif ridicule ( j'ai le même ! )

il coupe retire remet creuse les orbites dégage les paupières

tout en parlant il parle des yeux il dit que c'est par les yeux que l'on connaît l'autre

( et moi qui ne dessine plus les yeux )

ses mains travaillent le buste symétriquement

quand il pousse la terre d'un coup de pouce à gauche il pousse tout autant à droite

le bloc d'argile et Alberto se regardent se palpent se modèlent réciproquement

et à la fin se ressemblent, un autoportrait chaque fois ?

il l' arrose à l'aide d'un banal broc en plastique

l'enveloppe d'un linceul humide et quitte l'atelier

puis c'est lui le mouillé il marche sous la pluie sa veste sur la tête rue d'Alésia

Cartier Bresson déclenche

La plus belle statue de Giacometti dit encore Jean Genet, je l'ai découverte sous la table, en me baissant pour ramasser mon mégot. Elle était dans la poussière, il la cachait, le pied d'un visiteur maladroit risquait de l'ébrécher ...

Et Giacometti dit : si elle est vraiment forte, elle se montrera, même si je la cache.

Jean Genet, l'atelier d'alberto giacometti

Posté par artpieton à 20:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 avr. 2019

Dieu Merci

La tour Eiffel

n'est pas combustible, j'espère (!) Dieu merci ...

P1500755

Posté par artpieton à 10:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

10 avr. 2019

mon actualité : le Puy de Dôme

la montagne fière

( à chacun son Mont Fuji ... )

à l'horizon de mes genoux couronnés
le Puy est le sein d'une femme endormie
que j'escalade contre la montre
chaque juillet de Tour de France

lien vers mon site

IMG_2794

Posté par artpieton à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avr. 2019

Michel Cure

Michel Cure, Elles

Michel Cure dessine et peint d'après modèles, d'après Elles. Jeunes femmes, jolies dames, Michel les aime, c'est une évidence quand on visite son expo, tendrement, respectueusement. Et elles se sentent bien devant le pinceau de l'artiste, elles posent, confiantes, se savent aimées, acceptent de montrer leurs visages, leurs corps. Michel travaille au plus près, il cadre leurs visages au plus serré souvent et toujours se rapproche, tout contre, les embrasse. Leurs regards sont quelques fois perdus dans de silencieuses rêveries, souvent elles regardent le peintre les regarder, les peindre.

Et maintenant elles nous regardent dans la montée de l'Imagerie (qui est un ancien garage, les grands formats de Michel Cure sont accrochés dans la rampe qui conduisait les voitures à l'étage) On attaque l'ascension en regardant vers la gauche, les belles nymphes de Michel nous suivent et nous sourient discrètement. Leurs yeux sont clairs et bienveillants, démaquillés.

pour blog

Il y a de beaux dessins, de beaux desseins, sous la peinture, les visages sont agrandis, sacralisés. Michel peint en jus, ̎ maigre ̎ comme on dit dans le jargon, essuie les glacis, avec un mauvais chiffon, il me semble, ( efface ? ) il pose ses couleurs en valeurs assez proches, oppose aux chairs, aux orangés subtils, aux ocres et gris chauds de somptueux fonds bleus. Un rayon de soleil s'est introduit dans l'atelier et réchauffe la nudité du modèle. Certains portraits sont ̎ poussés ̎ travaillés plus longuement, aboutis ? D'autres inachevés pourrait-on dire, d'autres ̎ résumés ̎, couleurs bien isolées, aucun passage de l'une à l'autre, Michel Cure sait rester en chemin, ce n'est pas si facile, lui y parvient.

Et les noirs de Michel Cure ! Une nuit en fond, une robe qui dévoile une épaule, un bandeau dans les cheveux, les noirs de Michel cure sont d'un velours et d'une profondeur qui me rend fou de jalousie ! Ma main s'en rapproche, mais je n'ose caresser la peau de la peinture de peur de gâcher sa matité. Les noirs nous attendent dans les grands formats abstraits qui, en bas, débutent l'expo. Dans lesquels Michel Cure prépare les atours destinés à magnifier ses belles amies.

Au terme de la montée, nous attend une dernière, diaphane, plus mystérieuse, à peine indiquée, ses yeux, sa bouche, esquissés, un reflet rapide posé au bout de son nez. Peut être la plus aimée.

P1020872

Michel Cure, la géométrie amoureuse, à L'Imagerie, 33 bis rue Arago à Toulouse, jusqu'au 9 mai.

Posté par artpieton à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 mars 2019

couleurs

 

P1500643

Mots de couleurs

Le nez au plus près du tableau, je travaille sa peau, son épiderme, son odeur.

Voyelles de Rimbaud, apprendre par cœur : A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu.

Ma période bleue est un voyage outremer, ailleurs, vers les indigos bleus violets.

Michel Cure saupoudre mes incertitudes de cinabre de Pompéi : naît chien rouge.

Violet, vert, cherchent un orage, orange.

Bonnard jamais lassé du jaune. Plus un rose.

Petit pan de mur jaune fatal, on peut mourir de peinture ?

L'or pour sacraliser, faire Noël, couronnes des rois et des reines, Giotto chercheur d'or.

Le crayon à papier dessine sur les murs de plâtre, sous les papiers peints.

Souffler silencieusement sur le fusain primitif, caresse la paroi.

Le blanc recouvre, en-neige, le noir, sombre, en-nuit

Il y eut une nuit de plusieurs jours et la neige d'un seul hiver.

Noir tourne autour d'une couleur, la rend folle, l'épouse, elle meurt.

Valeurs égales, mon tableau peut disparaître, traduit en noir et blanc.

Souvent la couleur résiste et n'en fait qu'à sa teinte.

Serais-je toujours le seul à me souvenir du tableau cent fois recouvert ?

 

 

Posté par artpieton à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 mars 2019

petite annonce

ma série de peintures "Mythes" comprend :

(cliquer pour suivre les liens vers le site )
chien rouge  
blanches, nuit  
dessins dans mes poches  
chute et l'envol  
équilibres antiques

IMG_2701



avec tout ça je ferais bien une belle et grande expo
( ou plusieurs petites )
je cherche un lieu, une galerie, un grand palais, une pinacothèque, etc !
qui peut m'aider ?
merci de me brancher sur ce que vous connaissez
jacques trouvé

Posté par artpieton à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2019

mon actualité ( équilibres antiques )

équilibres antiques

« Dans le tissu du poème doit se trouver un nombre égal de tunnels dérobés, de chambres d'harmonie, ainsi que d'éléments futurs, de havres au soleil, de pistes captieuses et d'existants s'entr’appelant. Le poète est le passeur de tout cela qui forme un ordre. Et un ordre insurgé. » 

René Char ̎  Sur la poésie ̎ 

je viens, sur les conseils de René Char, de poser sur des cartons une série nouvelle d'assemblages, fortuits, bleus et roses, équilibres antiques, naufrages partiels, où une corneille, oiseau barbare, ailes dérisoires décrochées, traverse la mer sous un plafond bas et assemble des roulettes ridicules aux zincs des héros de l'Aéropostale.

au-delà de cette ligne de flottaison, le jour se lève, captif, rescapé.

tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud2

lien vers mon site

Posté par artpieton à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :